top of page

Bukavu : La LICOSKI s’insurge contre  les tracasseries fiscales dont sont victimes les vendeurs des souliers plastiques et exige une solution urgente



La Ligue de Consommateurs de Services au Congo-Kinshasa (LICOSKI) s’insurge contre les tracasseries fiscales dont sont victimes les vendeurs des souliers plastiques qui exercent leurs activités au marché Central de Kadutu dans la ville de Bukavu.


Monsieur Janvier MIZO KABARE MAKOMBE, Président de la Ligue de Consommateurs de Services au Congo-Kinshasa LICOSKI l’a fait savoir dans une interview qu’il a accordée à un reporter du RATECO-SK, ce jeudi 25 janvier 2024.


Au cours de cet entretien, le Président de la LICOSKI a indiqué que les vendeurs des souliers plastiques qui exercent leurs activités au marché Central de Kadutu sont victimes de ce qu’il a appelé « Asphyxie fiscale » par les agents de fisc de la Direction Générale des Impôts.


Notre source révèle que depuis 2019, les vendeurs des souliers plastiques se regroupent à travers une liste et payent 6000 Francs Congolais dans la Caisse Générale d'Epargne du Congo (CADECO).


Cinq ans après, ces petits commerçants des souliers plastiques sont surpris d’entendre une décision de la DGI selon laquelle chaque vendeur doit payer 6000 FC pour le bordereau et annuler ainsi le payement sur une liste commune à lors que cette décision avait été prise par le Gouvernement Provincial, ajoute notre source.


Eu égard à ce qui précède, Ligue des Consommateurs de Services au Congo-Kinshasa propose une rencontre urgente avec toutes les parties prenantes pour trouver une compréhension commune sur ce qui doit être fait.

« Lorsque nous constatons qu’il y a incompréhension entre la DGI et les opérateurs économiques ou les revendeurs cas des vendeurs des souliers plastiques, nous craignons que cela puisse se répercuter négativement sur les consommateurs qui sont dans l’obligation d’acheter le produit pendant que les vendeurs de leur coté cherchent à ajuster le prix. C’est ainsi que nous demandons l’organisation d’une rencontre entre la DGI, les vendeurs des plastiques et nous les organisations de la Société Civile qui œuvrent dans ce secteur notamment la LICOSKI, par ce que nous voulons qu’il y ait une compréhension commune de ce qui doit être fait », a déclaré Janvier MIZO KABARE.

Notons que l’Association des Vendeurs des Souliers Plastiques (AVSPLA) a dans son mémorandum du 24 janvier 2024, demandé au Directeur Provincial de la DGI de procéder à la mutation des responsables de la DGI basés à Kadutu pour permettre l’amélioration du climat des affaires, car selon notre source, ces responsables ont déjà fait plus de cinq ans aux mêmes postes.


Philémon MUTULA, RATECO-SK.    

 

158 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page