Login

Lost your password?
Don't have an account? Sign Up

Sud Kivu : Plus de 2000 enseignants venus des territoires broient du noir dans la ville de Bukavu afin de revendiquer leur salaire.

 

Plus de 2000 enseignants venus des territoires de Kalehe, Shabunda et Mwenga vivent dans des conditions difficiles depuis deux semaines dans la ville de Bukavu.

Ces enseignants indiquent que depuis le 20 juillet 2020, ils séjournent dans la ville de Bukavu attendant la paie de leurs salaires auprès de l’organisation Caritas Bukavu mais cela traîne.

Certains d’entre eux qui ont été contactés  soulignent qu’ils passent la nuit à la belle étoile et d’autres ne savent plus retourner dans leurs territoires sans avoir perçus leurs salaires.

L’un d’eux, MUSHAGALUSA MAHESHE Jean Claude venu du territoire de Kalehe demande à la Caritas Bukavu de libérer  leurs salaires dans un bref délai.

Ces éducateurs promettent de mener des actions de grande envergure afin de faire entendre leur voix.

« Nous sommes dans la ville de Bukavu il y a de cela deux semaines, certains parmi nous proviennent de Shabunda, de Mwenga ou de Kalehe. Nous ne comprenons pas jusque-là ce qui peut expliquer ce retard dans le payement de nos salaires. Certaines personnes ont perdu le sens de l’humanisme, comment quelqu’un peut bloquer le salaire de plus de 2000 enseignants, pourquoi l’enseignant doit toujours être la personne la plus déconsidérée dans ce pays ?» regrette cet enseignant.

Un agent de la Caritas Bukavu qui a requis l’anonymat reconnaît ce problème et affirme que les pourparlers sont en cours pour que ces enseignants touchent leurs salaires dans un délai raisonnable.

Où est parti l’argent destiné au payement de ces enseignants ? Aux responsables de la Caritas Bukavu de répondre.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*