top of page

Sud-Kivu : SIMAMA CONGO peint un tableau sombre des violences pendant cette campagne électorale


Sud-Kivu : Le Collectif SIMAMA CONGO peint un tableau sombre des violences pendant cette campagne électorale


Le Collectif SIMAMA CONGO vient de peindre un tableau sombre de violences enregistrées pendant la campagne électorale en cours dans la province du Sud-Kivu.


Cette structure le fait savoir dans son deuxième rapport publié le 4 décembre 2023 signé par son coordonnatrice Maitre NENE BINTU et recommande aux autorités de trouver solution pour permettre un bon climat le jour de scrutin prévu le 20 décembre 2023.


Parmi ces violations SIMAMA CONGO cite le sabotage des affiches, calicots et photos des candidats, qui sont déchirés à plusieurs endroits dans la ville de Bukavu et dans les territoires.


Notre source ajoute également les comportements des militants et des quartiers généraux des candidats qui diffusent des messages incitant à la haine, la division, le tribalisme avec le risque d’engendrer des violences pendant ce processus électoral en cours.


A cela s’ajoute l’absence de la publication de la liste des électeurs par province et par circonscription comme prévu par la loi électorale à son article 6 et cela devrait être fait plus tard trente jours avant le début de la campagne électorale.

Le Collectif SIMAMA CONGO dénonce également l’absence d’accréditations des journalistes, témoins et observateurs électoraux, qui sont prévues par le calendrier de la CENI du 23 octobre au 5 décembre 2023.


Pour surmonter ces dérapages et arriver aux élections libres, crédibles, transparentes et apaisées, le collectif SIMAMA recommande ce qui suit :

« A la CENI : - De rendre publique la liste définitive des électeurs au centre de vote par centre de vote, bureau de vote et sur son site internet ; - Rendre disponibles les cartes d’accréditations des observateurs, témoins et journalistes le plutôt possible afin de leur permettre d’observer les opérations de vote ; - De donner de l’assurance à la population congolaise si elle est réellement prête à organiser les élections crédibles, transparentes et apaisées à la date du 20 décembre 2023 au regard de ces défis. Aux Candidats en particulier et aux partis et regroupements politiques : - De privilégier les débats avec les électeurs, sur leurs motivations des candidatures et des projets de société de leurs partis politiques et non verser dans les injures et la démagogie ; - De ne pas nuire aux autres candidats en déchirant leurs photos, distiller le mensonge dans l’intention de nuire aux autres candidats ; - Aux candidats de mesurer objectivement leurs chances et de désister en faveur de ceux qui semblent favoris à tous les niveaux afin d’éviter la dispersion des voix. A la population : - De ne pas élire pour les candidats sans actions palpables et qui ne maitrisent pas leur rôle ; - De dénoncer les candidats qui envoient des inciviques déchirer les photos des autres candidats », peut-on lire dans ce rapport.

Isaac BASHOMBE, RATECO-SK.


71 vues0 commentaire

Comments


bottom of page