top of page

Sud-Kivu: Le Centre de réhabilitation des primates de Lwiro compte 350 Chimpanzés de 2002 à 2023


Le Centre de réhabilitation des primates de Lwiro compte 350 Chimpanzés depuis sa création en 2002.

Ce chiffre a été devoilé ce week-end par le centre de réhabilitation des primates de Lwiro, à l'occasion de la journée Mondaile des Cimpanzés, celebrée le 14 juillet de chaque année.

Lors de cette rencontre, Monsieur AKIZIMWAMI Didier agent au centre de réhabilitation des primates de Lwiro a sensibilisé les participants sur l’importance des chimpanzés et la protection de ressources naturelles.

Il a indiqué que le centre de réhabilitation des primates de Lwiro fait de son mieux pour protéger les primates qui sont en captivités par les braconniers qui sont au total 350.


AKIZIMWAMI Didier a à cette occasion demandé à la population environnante du Parc National de Kahuzi Biega à éviter le braconnage et toute forme de destruction de l’environnement.


« J’appelle tout le monde à protéger la nature, la biodiversité et les chimpanzés. Le chimpanzé est important dans la vie de la communauté locale »souligne-t-il




Un autre chercheur au centre de recherche de Lwiro Ir CUBAKA Crispin pense que les menaces auxquels font face les primates ont baissés pendant cette période. Il demande à la population environnante de continuer avec la sensibilisation.


« Le taux de braconnage est en train de diminuer de temps à temps. Et là c’est du à une forte sensibilisation qu’a fait le PNKB et les communautés. C’est ainsi que j’encourage la sensibilisation sur la protection des aires protégés. Mais aussi notre message fort, est nous soudé tous les unes avec les autres sur la sensibilisation d’éviter de faire les braconnages dans le parc » indique CUBAKA Crispin.


De son côté Marie Bajope activiste en environnement a dit que la déforestation nuit non seulement à la santé des primates mais aussi à la santé des humains. Elle appelle la population à s’approprier sa lutte qui vise la protection de l’environnement.


« Et notre initiative c’est participé et de faire Lwiro un milieu de rééducation à ce qui concerne la gestion de déchets. Nous sommes en train d’inculquer aux gens les habitudes écologiques qu’ils n’avaient pas avant. Donc des actions que les gens peuvent continuer à mener pour protéger l’environnement »souligne-t-elle.


L’activité s’est tenue dans la grande salle de l’Université du cinquantenaire de Lwiro et a été appuyée par la directrice technique du centre de réhabilitation des primates de Lwiro.


Cette activité entre dans le cadre de la nouvelle méthode de conservation communautaire dénommée brain storming consistant à laisser la communauté discuter des menaces sur les chimpanzés et cherchez des alternatives par elle-même. Une méthode mise en place par le chercheur Léandre Murhula. Ainsi les participants ont été regroupés en petit groupes pour débattre le problème de l’environnement.


Cette activité a regroupée les élèves des différentes écoles périphériques du PNKB, les enfants de l’association Root and shoot, les leaders locaux ainsi que certains chercheurs du centre de recherche en sciences naturelles de Lwiro.


Par Philémon MUTULA/RATECO-SK








95 vues0 commentaire

Comments


bottom of page