top of page

Sud-Kivu: La population appelée à ne pas croire aux discours de haine pendant la campagne électorale


La population du Sud-Kivu est appelée à bannir les messages et discours de haine pendant la période de la campagne électorale qui pointe à l’horizon.


Ce message est de Luc MURHAMBO, membre du Bureau de Coordination de la Société Civile dans un entretien avec le reporter du RATECO-SK ce mardi le 10 octobre 2023.


Cet activiste de la Société Civile précise que des discours et messages de haine sont dangereux dans la communauté pendant la campagne électorale.

Il ajoute que ces discours nuisent à la paix et conduisent la population aux agressions, au soulèvement populaire, aux conflits ethniques et autres violations des droits humains.


Luc MURHAMBO appelle la population à la vigilance et à ne pas croire aux messages des certains acteurs politiques qui chercheraient à diviser la communauté afin de gagner les élections.

« En cette période électorale, la Société Civile Forces Vives rappelle que les élections relèvent non seulement de la souveraineté du peuple mais également de la sureté et de la sécurité de la nation. C’est pourquoi, nous demandons aux candidats à la présidentielle, à la députation nationale, provinciale et municipale, d’éviter les discours et messages de haine pendant la campagne électorale pour ne pas tomber dans des agressions et violations des droits humains. La Société Civile condamne fermement les messages de haine de certains acteurs politiques qui tentent de diviser la population à cause de leurs intérêts égoïstes. Demandons à la population de ne pas prêter oreille ni attention aux discours contenant les messages de division qui menacent la paix dans notre province », a déclaré Luc MURHAMBO.

Pour madame Agnès SADIKI NYABISOKI, ancienne Ministre de Transport et Voies de Communication au Sud-Kivu pense que ces messages de haine circulent déjà dans la communauté. Elle demande à la population à ne pas tomber dans le piège des politiciens.

« Avec ces élections en cours en RDC, les discours de haine s’enregistrent déjà un peu partout. La population devrait être vigilante et ne pas croire à ces discours ni voter pour ces gens qui veulent diviser la communauté », indique Agnès SADIKI NYABISOKI.

Rappelons que des messages de haine avaient été enregistrés dans les trois cycles électoraux antérieurs en RDC précisément au Sud-Kivu et avaient conduit à des conflits et tensions sociaux dont les conséquences sont visibles aujourd'hui.


Philémon MUTULA, RATECO-SK.



bottom of page