top of page

Sud-Kivu : 43 personnes tuées, 18 maisons attaquées et 4 véhicules braqués par des bandits armés, en mai 2024


L'insécurité continue à battre record sur l'ensemble de la province du Sud-Kivu et de paisibles citoyens y perdent leurs vies sans que les mesures efficaces soient prises par les autorités pour arrêter l'hémorragie.


Au cours du mois de mai 2024, 43 personnes ont trouvé la mort, 18 maisons ont été attaquées, 4 véhicules braqués, 7 cas d'enlèvement et 6 cas de justice populaire ont été enregistrés dans cette période.


Ce bilan se trouve dans un bulletin surprise numéro 130 de la Synergie des Associations des Jeunes pour L’Éducation Civique, Électorale et la Promotion des Droits Humains au Sud-Kivu (SAJESECK-FORCE VIVES), rendu public le 6 juin 2024 et dont une copie est parvenue à la rédaction du RATECO-SK.


Dans ce bulletin surprise, cette structure citoyenne précise que 43 personnes ont été tuées au cours du mois de mai, une hausse par rapport au mois d'avril qui avait connu 23 cas.


Le territoire de Kalehe est à la première place avec 14 cas, suivis de territoire de Kabare avec 8 cas, ville de Bukavu avec 7 cas, ville d'Uvira avec 5 cas, Fizi avec 4 cas, Mwenga avec 2 cas, 1 cas dans les territoires de Walungu, Shabunda et Idjwi.


Dans la rubrique des maisons attaquées, SAJESECK-FORCE VIVES, note 18 cas, une hausse également remarquée par rapport au mois d'avril dernier qui avait 13 cas.


Parmi ces 18 cas des maisons attaquées, 6 sont enregistrées dans la ville de Bukavu, 3 cas à Uvira et Kalehe, 2 cas à Kabare et Fizi et 1 cas à Walungu et Mwenga.


Toujours dans ce bulletin surprise, SAJESECK note que 4 véhicules ont été braqués par des bandits armés durant le mois de mai dernier.

Le territoire de Mwenga a connu 2 cas tandis que les territoires de Fizi et Kalehe ont connu 1 seul cas.


Le nombre d'enlèvement continu à faire des victimes, 7 personnes ont fait objet d'enlèvement. Une diminution par rapport au mois d'avril dernier où la ville de Bukavu a connu 4 cas et 3 cas de justice populaire.


Face à la persistance de l'insécurité, cette structure appelle les autorités de se mobiliser et prendre des mesures conséquentes afin de répondre de manière efficace et rapide à la situation d'insécurité en province, pour permettre à la population de vivre en toute quiétude.


Jeanne KASONGO, RATECO-SK.

78 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page