top of page

Sud-Kivu : 22 personnes tuées, 21 maisons attaquées par des bandits armés en novembre 2023

Dernière mise à jour : 15 janv.




Sud-Kivu : 22 personnes tuées, 21 maisons attaquées par des bandits armés et 32 véhicules braqués en novembre 2023


L’insécurité continue à arracher la vie de paisibles citoyens dans différents coins de la province du Sud-Kivu sans que les mesures efficaces soient prises pour arrêter l’hémorragie.


Au cours du mois de novembre 2023, 22 personnes ont trouvé la mort, 21 maisons attaquées par des bandits armés, 32 véhicules braqués, 13 cas d’enlèvements et 5 cas de justice populaire.


Ce bilan se trouve dans le bulletin surprise numéro 123 de la Synergie des Associations des Jeunes pour l’Education Civique, Electorale et la Promotion des Droits Humains au Sud-Kivu (SAJESECK-FORCE VIVES), rendu public le 12 décembre 2023.


Dans ce bulletin surprise, cette structure citoyenne précise que 22 personnes ont été tuées par des bandits armés non identifiés comme au mois d’octobre où 22 autres personnes ont perdu la vie dans ces mêmes conditions.


La ville de Bukavu et le territoire de Fizi sont à la première place avec quatre cas, suivi des territoires d’Uvira et Kalehe avec trois cas, deux cas à Kabare, Walungu, Mwenga et Shabunda.


Dans la rubrique de maisons attaquées, SAJESECK-FORCE VIVES note 21 cas, une augmentation exagérée par rapport au mois d’octobre qui avait 16 cas.


Parmi ces 21 cas des maisons attaquées, 8 sont enregistrées à Kabare, 4 à Walungu, 2 à Kalehe, Fizi, Uvira et Bukavu et 1 Mwenga.


Toujours dans ce bulletin surprise, SAJESECK note une augmentation des cas de braquages de véhicules qui a été enregistrée pour le mois de novembre avec 32  cas contre 6 cas au mois d’octobre 2023.


Comparativement au mois d’octobre, le nombre d’enlèvements a considérablement augmenté en novembre passant de 9 à 13 cas et 5 cas de justice populaire enregistrés en octobre 2023 dans la province du Sud-Kivu.


Cette structure appelle les autorités à fournir d’efforts pour renforcer les capacités opérationnelles des forces de sécurité et du système judiciaire afin de répondre de manière efficace et rapide à la situation d’insécurité en province.


Philémon MUTULA, RATECO-SK.

 

81 vues0 commentaire

コメント


bottom of page