top of page

RDC : PPI satisfait de la loi sur la protection des défenseurs de droits de l’homme


La loi relative à la protection et à la responsabilité du défenseur des droits de l’homme en République Démocratique du Congo est rendue publique mardi le 17 octobre 2023, après avoir été promulguée le 15 juin 2023, par le Président de la République Felix Antoine TSHISEKEDI.


La promulgation de cette loi intervient après plus de 17 ans des luttes des différentes organisations de la Société Civile pour que les défenseurs des droits de l’homme puissent bénéficier de cet instrument juridique pour leur protection.

L’une de ces organisations de la Société Civile, Partenariat pour la Promotion Intégré (PPI) se dit satisfait et précise que l’avènement de cette nouvelle loi témoigne l’avancement de la démocratie au pays.


Monsieur Jonathan MAGOMA Directeur des programmes de PPI l’a dit dans un entretien accordé au reporter du RATECO-SK ce jeudi 19 octobre 2023.

Il précise que le plus grand travaille qui reste c’est de veiller au respect de cette loi ainsi que sa vulgarisation.

« Partenariat pour la Promotion Intégré PPI, salue la promulgation de la loi portant protection et responsabilité du défenseur des droits de l’homme en RDC et félicite toutes les organisations de la Société Civile qui se sont impliqués depuis plus de 17 ans dans cette lutte pour qu’un jour notre pays se dote de cette loi. C’est une grande avancer en terme de démocratie et respect des droits humains dans notre pays. Nous allons aussi demander l’application stricte de cette loi et nous allons y insister dans nos différentes activités de plaidoyer que nous faisons chaque jour. Cette loi, c’est un couteau à double tranchant qui protège et qui demande aux défenseurs des droits de l’homme d’assumer leurs responsabilités. C’est par exemple : L’article 22 qui stipule : (sera puni d’une peine de servitude pénale perpétuité, quiconque aura donné la mort à un défenseur des droits de l’homme du fait de ses activités. L’article 14 de cette loi stipule : L’Etat assure la protection du défenseur des droits de l’homme, de ses collaborateurs et des membres de sa famille en cas de risque ou danger lié à l’exercice de ses activités », indique Jonathan MAGOMA.

Précisons que des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes sont victimes des agressions et autres formes de dérapages liés à l’exercice de leur métier en RDC principalement à l’Est du pays où des guerres et des agressions sont chaque fois signalés.


Jeanne KASONGO, RATECO-SK.

bottom of page