top of page

RDC : Les Chefs Coutumiers ont perdu le pouvoir sur le sol et le sous-sol (DDH)



RDC : Les Chefs Coutumiers ont perdu le pouvoir sur le sol et le sous-sol, ils doivent plaider pour retrouver leur souveraineté (DDH)


Dans plusieurs pays africains et plus particulièrement en République Démocratique du Congo, les Chefs Coutumiers sont considérés comme des rois, des souverains primaires et gardiens de la tradition qui ont le pouvoir sur le sol et le sous-sol.


Dans un entretien avec le reporter du RATECO-SK ce mardi 25 juillet 2023, Laurent MULAMBA Coordonnateur de l’ONG Fondation Congolaise pour la Promotion des Droits Humains et la Paix, FOCDP en sigle, précise que les Chefs Coutumiers ont perdu leur souveraineté et leur pouvoir.


Pour ce défenseur des droits humains, la Constitution n’a pas confié cette compétence aux Chefs coutumiers mais plutôt au gouvernement congolais. C’est pourquoi, l’article 9 de la Constitution stipule : «L’Etat exerce une souveraineté indépendante sur le sol et le sous-sol, les espaces aériens, sur la mer territoriale congolaise» a-t-il indiqué.


Laurent MULAMBA indique également que cette situation produit déjà des conséquences néfastes dans la province du Sud-Kivu, précisément dans le territoire de Mwenga où des conflits d’exploitation de la matière première sont de plus en plus enregistrés entre les Chefs coutumiers et les sociétés d’exploitation minière.

«Pendant que ces Chefs coutumiers n’ont plus la capacité de gérer le sol et le sous-sol ni le pouvoir de distribuer ou refuser la terre, ils se trouvent souvent devant une société d’exploitation minière locale où étrangère avec tous les documents possibles qui autorisent l’exploitation sans pour autant consulter ces Chefs coutumiers locaux. Cette situation crée des résistances ainsi que des soulèvements populaires dans la communauté voire des conflits tribaux », précise Laurent MULAMBA.

Notre source demande aux Chefs coutumiers de se mettre autour d’une même table pour faire des plaidoyers auprès des autorités nationales et provinciales afin de chercher tant soit peu qu’on leur accorde une parcelle de pouvoir sur la gestion de terre.


Philémon MUTULA, RATECO-SK.

33 vues0 commentaire
bottom of page