top of page

Kalehe : Le délabrement avancé de la Nationale N3 à la base de la hausse des prix des produits de première nécessité à Bunyakiri


Le délabrement avancé de la route nationale numéro 3, dans le Parc National de Kahuzi-Biega est à la base de la hausse du prix des produits de première nécessité à Bunyakiri dans le territoire de Kalehe en province du Sud-Kivu.

C'est ce qu'indique le Directeur de la radio communautaire AMKA de Bunyakiri dans un entretien avec le RATECO-SK, ce mardi 19 mars 2023.

« Plusieurs produits sont revus à la hausse suite à l'impraticabilité de cette route, comme la tige de Savon Tower qui est passée de 2000 à 4000 Francs Congolais, un paquet de sel passe de 500 Francs à 1500 Francs Congolais et un litre d'essence qui coûtait 3000 Francs Congolais coûte actuellement 4000 Franc Congolais. Les commerçants arrivent difficilement à Bunyakiri pour acheter les produits agricoles, tels que l’huile de palme, bananes plantains, les noix palmistes, planches, braises pour ne citer que cela. S’agissant de la scolarisation des enfants, les parents payent difficilement les frais scalaires fixés par l’arrêté du gouverneur de province parce que les produits agricoles sont achetés à un prix dérisoire. Ce qui fait que certains élèves abandonnent les études faute de manque de moyens financiers, surtout ceux de l'école secondaire », a indiqué Jean Pierre KITULI.

Le secteur sanitaire n'est pas aussi épargné


« Le mauvais état de cette route nationale occasionne également des conséquences sur la santé de la population de Bunyakiri. C'est entre autre des maladies que les usagers de cette dernière développent suite aux mauvaises conditions de voyage.Les médicaments arrivent tardivement et difficilement à la Pharmacie Centrale de la Zone de Santé de Bunyakiri. Pour les femmes enceintes et les enfants, il y a certains vaccins qui ne sont pas disponibles. Il est actuellement difficile de faire un transfert d’un malade en état de santé grave vers la ville de Bukavu », a-t-il ajouté.

Notre source ajoute que ce désenclavement bloque aussi les recherches scientifiques des étudiants et des chercheurs qui seraient faites dans ce milieu.

Elle recommande aux autorités d’intervenir dans l'urgence pour réhabiliter cette route et soulager tant soit peu la souffrance de la  population.


Isaac BASHOMBE, RATECO-SK.

64 vues0 commentaire

Comments


bottom of page