top of page

Kalehe : La population de Kalonge barricade la route pour dénoncer l’agression de Thomas


Kalehe : La population de Kalonge barricade la route pour dénoncer l’agression violente dont est victime l’administrateur du territoire

La population du groupement de Kalonge en territoire de Kalehe au Sud-Kivu, dénonce avec sa dernière énergie l’agression violente de ce mercredi 20 septembre 2023, dont est victime l’administrateur du territoire de Kalehe monsieur Thomas BAKENGA ZIRIMWABAGABO.


Dans un entretien téléphonique avec monsieur Jean-Claude BAHIGA CIZUNGU, Président de la Société Civile sous noyau de Kalonge ce jeudi 21 septembre 2023, dénonce cet acte ignoble qu’il qualifie de violation des droits humains. Il précise que la population de Kalonge précisément celle de Cifunzi, Butwashenge, Rambo et Fendula menacent de faire des soulèvements populaires pour se venger contre certains ressortissants de Kalehe centre qui vivent à Kalonge ainsi que leurs collaborateurs.


Jean-Claude BAHIGA CIZUNGU, précise avoir maitrisé la population de cette partie de la province du Sud-Kivu à ne pas procéder à des justices populaires et il regrette de constater que des arbres sont coupés dans la route à certains endroits de Cifunzi et Butwashenge.


Pour votre information, l’administrateur du territoire de Kalehe monsieur BAKENGA ZIRIMWABAGABO a été violemment agressé et déshabillé par un groupe de personnes le mercredi 20 septembre 2023.


Les raisons de cette attaque sont liées à des accusations de détournement de dons et d'aides humanitaires destinés aux sinistrés des inondations de Bushushu et Nyamukubi, survenues le 4 mai dernier. Cet acte choquant a suscité une condamnation unanime de la part des acteurs sociaux de la région.


Face à cette agression choquante, de nombreux acteurs sociaux de la région ont exprimé leur condamnation. Il est important de noter que la violence exercée à l'encontre du représentant du Chef de l’Etat Felix TSHISEKEDI TSHILOMBO à Kalehe Monsieur Thomas BAKENGA ZIRIMWABAGABO ne peut en aucun cas être tolérée, quelles que soient les accusations portées contre lui.


L'usage de la violence ne résout en rien les problèmes et ne fait que contribuer à une atmosphère d'instabilité et d'insécurité, indiquent ces acteurs sociaux.


Suite à cette agression, les autorités locales ont ouvert une enquête afin de faire la lumière sur les accusations de détournement de dons et d'aides humanitaires.


Philémon MUTULA, RATECO-SK.


181 vues0 commentaire

Comments


bottom of page