top of page

JIF de la Femme : Les Femmes du Sud-Kivu exigent la paix à l’Est de la RDC et demandent l’application des recommandations du rapport Mapping



Les Femmes Congolaises viennent de célébrer ce vendredi 8 mars 2024, la Journée Internationale des droits de la Femme dans un contexte très particulier.


 A l’occasion de cette journée, les femmes de la République Démocratique du Congo ont organisé différentes marches pacifiques dans différentes villes et provinces du pays pour manifester leur soutien et compassion aux femmes victimes des atrocités à l’Est du pays qui sont occasionnées par les rebelles de M23 accompagnés par le Rwanda.


Dans la ville de Bukavu en province du Sud-Kivu, le Boulevard Patrice Emery LUMUMBA était inondé de milliers des femmes habillées en tenue noire, signe de deuil, scandant des chansons hostiles aux agresseurs de la RDC.


L’une de ces femmes, madame Solange LWASHIGA s’indigne de voir que les femmes sont les plus victimes des atrocités qui sévissent à l’Est de la RDC.

« Nous profitons de cette occasion de la Journée Internationale de la Femme, pour hausser notre voix et demander que justice soit faite et que la paix revienne dans notre pays. Trop c’est trop. Nous sommes fatiguées des viols, des violences, mutilations. Nous restons des veuves avec des orphelins sans aucune assistance suite à cette guerre nous imposée par nos ennemis. Nous demandons l’intervention de la Communauté Internationale pour que la paix soit une réalité dans notre pays. Il est impossible de promouvoir les droits de la femme dans un pays où les groupes armés sèment terreurs occasionnant des violations graves de droits humains », a-t-elle indiquée.   

Dans leur mémorandum qu’elles ont déposé dans les mains du Vice-Gouverneur du Sud-Kivu, ces femmes regroupées à la Division du Genre, Famille et Enfant demandent :

« A la Communauté Internationale de briser son silence contre les groupes armés qui sèment le terrorisme en RDC dont les M23, sanctionner les pays agresseurs et des Seigneurs de guerres, accompagner les actions de paix entre les parties prenantes aux conflits et mettre en application les recommandations formulées dans le rapport Mapping depuis 2010 sur les crimes commis en RDC. Au Gouvernement Congolais, ces femmes veulent la restauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue de la République, mettre en application les textes et les conventions internationaux et régionaux ratifiés sur les droits humains, sanctionner sévèrement les auteurs des crimes de guerre, lutter contre l’impunité et barrer la route à toute tentative de balkanisation de la RDC », peut-on lire dans ce mémorandum.

Le Vice-Gouverneur Marc MALAGO KASHEKERE qui a reçu le mémorandum a promis me remettre à qui de droit.

Philémon MUTULA, RATECO-SK.

 

189 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page