top of page

Idjwi : La Société Civile veut la protection et la réhabilitation des infrastructures en voie de disparition


Les acteurs de la Société Civile des groupements Mpene et Nyakalengwa dans la Chefferie Ntambuka en territoire d'Idjwi au Sud-Kivu dénoncent le mauvais état des infrastructures de base qui contribuent au désenclavement de l'île d’Idjwi située en milieu du lac Kivu.


Amos BUYEYE et Hermando ZABONA respectivement Président de la Société Civile Forces Vives du groupement Mpene et Nyakalengwa pensent qu'il est temps que les autorités procèdent à la réhabilitation de ces infrastructures avant qu'elles ne se détériorent davantage.


Parmi ces infrastructures en état désastreux, nos sources citent le port de Ruhundu à Monvu, celui de Lushindi et du marché de Karhulo.


Ces deux quais d’accostage sont d’une importance capitale dans le secteur du transport à Idjwi, car ils facilitent la communication de la population avec les voisins, malheureusement ces quais sont à ces jours abandonnés sans aucune intervention des autorités locales, provinciales et centrales.


La Société Civile de Nyakalengwa craint les risques que présentent le port de Lushindi aux habitants qui s’y rendent pour voyager vers les villes de Bukavu, Goma et partout ailleurs et vice versa.


Monsieur Hermando ZABONA pour sa part indique que 4 mamans ont déjà connu des blessures suite à l’état de ce port submergé par les eaux du lac Kivu et dont les risques de noyade sont perceptibles.

« Nous avons le problème dans le groupement Nyakalengwa avec le port de Lushindi dont le propriétaire est BAHALI MIRINDI. Il y a longtemps que nous avons alerté les autorités sur l’état actuel de ce port qui fait face à la montée des eaux du lac Kivu suite à son état vétuste, mais rien n’est fait. Nous exigeons que ce port soit réhabilité pour nous éviter des cas de noyades et autres dégâts dans les jours qui suivent», insiste-t-il.

Nos tentatives pour échanger avec le responsable du port de Lushindi ont échoué.


Les autres patrimoines publics en état de délabrement sont le port public de Ruhundu (Monvu) et le marché de Karhulo qui, depuis plusieurs mois sont engloutis par les eaux du lac Kivu, sous le silence de tous, même de ceux-là qui ont l’obligation légale d’intervenir, s’inquiète Amos BUYEYE, acteur de la Société Civile du territoire d’Idjwi.


Le port de Rhundu risque de s’effondrer pourtant il est considéré comme la principale porte d’entrée de l’Hôpital Général de Référence de Monvu et aussi de la Chefferie Ntambuka.


Richelieu BYAMANA, RATECO-SK.

94 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page