top of page

C’est possible de vivre ensemble en paix dans la Région de Grands-Lacs si les autorités prennent conscience et promeuvent la cohésion sociale (Labenevonlecija Grands-Lac)


Le vivre ensemble en paix est possible dans la Région de Grands-Lacs si les autorités prennent leurs responsabilités et arrivent à promouvoir la cohésion sociale en mettant à côté les anti valeurs qui peuvent créent la division et la haine entre les habitants de la région.


Ce message est de monsieur Baudoin KABALAIMA WESI, directeur des programmes au sein de l’Organisation Non Gouvernementale Labenevolencija Grands-Lac, dans un entretien avec la rédaction centrale du RATECO-SK ce jeudi 16 mai 2024, en marge de la célébration de la Journée Internationale du vivre ensemble en paix.


Au cours de cet entretien, le responsable de Labenevolencija Grands-Lac au Sud-Kivu a indiqué que pour y arriver, il faudra non seulement que les autorités prennent conscience et améliorer l’environnement sécuritaire dans la région mais également inculquer certaines valeurs aux enfants pour les permettre de grandir en citoyens responsables.

« Le premier élément c’est l’inclusion. Donc dès les bas âges les enfants devraient déjà apprendre à vivre ensemble avec les autres peu importe leurs identités ethniques, leurs couleurs, leurs manières de parler. La deuxième valeur c’est le courage moral. Dès les bas âges les enfants doivent apprendre à dénoncer le mal. Nous pensons que dans le future on pourra avoir une société où il fera beau vivre. Par rapport à l’environnement sécuritaire, les autorités régionales devraient s’engager à mettre fin à la guerre dans la région pour promouvoir l’éducation des enfants et la libre circulation des biens et des personnes dans la région. Avec tous ce qui se passe à l’Est de la RDC par exemple, plusieurs enfants n’ont pas accès à l’éducation tout simplement parce qu’ils sont restés orphelins, leurs écoles ont été brulés ou encore ils vivent dans des familles d’accueils là où ils se sont réfugiés. Cette situation est une bombe à retardement qui pourra jouer sur la cohésion sociale dans la région si rien n’est fait. Je pense que l’éducation, comme le disait Nelson MANDELA, c’est l’arme la plus puissante qui puisse exister. Donc si on laisse les enfants étudier en créant un environnement de paix et mettre fin aux groupes armés qui sèment la terreur, j’espère qu’on sera en train de garantir l’avenir meilleur et le vivre ensemble sera possible dans la région », indique monsieur Baudoin KABALAIMA WESI.

Pour cette année, la Journée Internationale du vivre ensemble en paix a été célébré sous le thème : « La paix au cœur de l’éducation ».


Philémon MUTULA, RATECO-SK.

36 vues0 commentaire

Comments


bottom of page