top of page

Bukavu: La Société Civile dénonce la traversée clandestine des motards sur le boulevard Patrice E.L


Bukavu : La Société Civile dénonce la traversée clandestine des motocyclistes sur le boulevard Patrice Emery Lumumba


La Société Civile dénonce le traversé clandestin des motocyclistes qui sévit ce dernier temps sur certaines parties du boulevard Patrice EMERY LUMUMBA dans la ville de Bukavu.


Dans un entretien ce mercredi 20 septembre 2023 avec Juvénal LUSHULE membre de la Société Civile, précise que depuis la décision du Gouverneur du Sud-Kivu Théo NGWABIDJE KASI interdisant aux motocyclistes de rouler sur le Boulevard, les embouteillages ainsi que des accidents de circulation routière ont baissé.


Cet activiste des droits humains regrette que certains motocyclistes commencent à piétiner cette mesure salutaire du gouvernement provincial. Il ajoute que cette situation intervient quelques jours après avoir changé les éléments de la Police Militaire par des Policiers pour assurer la garde à de différents ronds-points de la ville, pour empêcher aux motocyclistes de rouler sur le boulevard contrairement à la décision du gouverneur.

« Nous comme Société Civile, on avait honoré notre part de sensibiliser les motards afin de comprendre et respecter la décision qui était prise par l’autorité Provinciale. Ils avaient compris et la Police Militaire était déployée sur tous les ronds-points de la ville, une mesure qui était vraiment respectée et très stricte. Mais depuis que la Police Militaire a relâché ce contrôle, ces désordres commencent sans aucune peur. Maintenant, nous nous demandons si les autorités sont conscientes de ce qui sera advenu après que ces motocyclistes commencent à traverser les routes. Surtout les dimanches vers les après-midis, on trouve des motocyclistes qui traversent la partie feu rouge vers Nyawera dans le boulevard vers 16h et 17heures », a déclaré Juvénal LUSHULE.

Nous demandons au Président des associations des motocyclistes de travailler durement pour sensibiliser leurs motards sur cette question et à nos autorités de redéployer les Polices Militaires pour le succès de la décision.


Jeanne KASONGO, RATECO-SK.


bottom of page