top of page

Bukavu : La Lucha exige l’annulation de l’arrêté qui amplifierait le calvaire des habitants de la ville sur la hausse du prix de transport en commun


Le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) exige l’annulation pure et simple de l’arrêté du Maire de Bukavu portant fixation des frais du transport en commun dans la ville.


La LUCHA le fait savoir dans une déclaration rendue publique le 28 mai 2024, quelques jours après la décision de l’autorité urbaine visant à règlementer de nouveau le secteur de transport en commun.


Ce mouvement citoyen estime que le fait de revoir à la hausse le prix de transport en commun est une façon d’amplifier le calvaire des habitants aux multiples souffrances de la population qui, selon notre source, est meurtrie par la vie chère et par une mauvaise gouvernance des autorités.

«Nous estimons qu’en augmentant le prix de transport de 700 Fc à 1500 Fc dans le taxi et 500 Fc à 800 Fc voir de 1000 Fc, le Maire de la ville veut juste amplifier la souffrance de la population de Bukavu. En effet, si déjà les habitants de Bagira et Kadutu subissent l’augmentation tous les soirs, le plus souvent sur les tronçons Place de l’Indépendance-Bagira et Place de l’Indépendance-Ciriri, il est évident que la décision du Maire de la ville est vraiment déconnectée de la réalité de terrain et de surcroit, des attentes de la population et vient aggraver la situation au lieu de la résoudre. Si c’était pour l'intérêt du peuple comme le prétend le Maire dans son arrêté, il devrait alors plaider pour la réhabilitation de routes secondaires de la ville pour faciliter le transport, car les cas de Panzi et Brasserie ont prouvé que le problème, c'est ne ni le carburant, ni le nombre des engins mais l'état de nos routes. Nous rappelons que la Mairie fait payer aux conducteurs la taxe sur le stationnent (taxe sur le parking) et cela sans avoir un seul parking aménagé. Si la Mairie veut une solution alors, c'est là exactement qu'elle doit orienter ses arrêtés dans le secteur du transport en commun. C’est pourquoi, nous exigeons l'annulation pure et simple de cet arrêté », déclare notre source.

La LUCHA ajoute que si rien ne fait dans un bref délai, elle va appeler la population à un boycotte du transport en commun dans la ville de Bukavu et mener des actions citoyennes pacifiques de haut niveau pour exiger le droit au transport.


Rappelons que le Maire de Bukavu a fixé de nouveau le prix du transport en commun dans la ville dans son arrêté N° 401 /BUR/M.BKV/009/2024 du 24 mai 2024.


Philémon MUTULA, RATECO-SK.

34 vues0 commentaire

Comments


bottom of page