Login

Lost your password?
Don't have an account? Sign Up

Le Réseau des Radios et Télévisions Communautaires du Sud-Kivu rempile pour trois bonnes années cette fois dans la thématique gouvernance locale

Plus de doute possible. Le Rateco peut commencer son projet de trois ans axé sur la Gouvernance locale avec ses 13 radios communautaires disséminées sur toute l’étendue de la province sous l’accompagnement financier de la Coopération Suisse. Le go a été donné ce jeudi 11 juin 2020.

Le Réseau des Radios et Télévisions Communautaires du Sud-Kivu en RD Congo, RATECO, vient de lancer son projet de renforcement des capacités des radios communautaires pour la gouvernance locale. L’activité a eu lieu dans la salle de conférence de l’hôtel Witness situé sur avenue Kindu dans la commune d’Ibanda à Bukavu, ce jeudi 11 juin 2020.

Pour le Coordonnateur du Rateco, Olivier Kiriza, l’activité visait à réunir tous les 13 Directeurs des radios communautaires touchés par le projet, de réunir les organes de régulation opérationnels en l’occurrence, le Conseil Supérieur de l’Audio-visuel et de la Communication, CSAC, et l’Union Nationale de la Presse du Congo, UNPC et autorités locales ayant la gestion de la communication dans la province. L’objectif de cette activité était d’expliquer aux participants le contenu du projet dans le but de mettre à la portée des radios communautaires impliquées dans ce projet, des informations relatives à la bonne gouvernance et solliciter leur implication pour sa réussite dans la province du Sud-Kivu.

Thaïs Bagula, Président du Conseil d’Administration du RATECO s’est appesanti plus sur la sensibilisation que les radios membres doivent mener contre la COVID-19. Moment pour lui d’interpeller les radios à ne pas donner place à certains leaders d’opinions qui ont tendance à banaliser cette pandémie qui fait désormais rage au Sud-Kivu mais à donner plus la parole à ceux qui détiennent des interventions positives dans la lutte contre cette pandémie.


Le projet a, quant à lui était éclairci et épluché en long et en large par le Chargé des programmes au Rateco, Justin Bafunyembaka. Selon lui, ce projet d’appui aux radios communautaires a pour objectif global de contribuer à l’amélioration de la gouvernance locale et de la décentralisation. Les bénéficiaires directs de ce projet sont les 13 radios communautaires reparties selon les axes : Axe Walungu : Radio Umoja Fm de Kaziba et la Colombe de Nyangezi ; Axe Kalehe : Radio Amka et Radio communautaire de Bunyakiri ; Axe Mwenga : Radio Apide et Sauti ya Mwenga ; Axe Idjwi : Radios Ejulino et Obuguma ; Axe Bukavu : Radios Maria, Neno La Uzima, Svein et Stars ; Axe Shabunda : Radio Sauti ya Amani. Ces radios auront à organiser des émissions, spots et sketchs en rapport avec la Covid-19.et la bonne gouvernance. Et puis, leurs journalistes seront capacités sur des thématiques liées à la gouvernance en vue de renforcer le dialogue entre les autorités locales, les citoyens et les organisations de la société civile. Enfin, un accent particulier sera axé sur la formation en techniques de communication et de plaidoyer pour les Organisations de la société civile afin d’accompagner les radios communautaires à revendiquer leurs droits vis-à-vis des autorités.

Pour renchérir, le chargé des programmes a donné les résultats que devrait atteindre cette activité qui sont : Les directeurs des radios communautaires impliqués dans le projet acceptent d’accompagner le projet pour qu’il atteigne ses objectifs escomptés, les relations de collaboration entre le Rateco et ses radios communautaires du projet sont améliorées, le contenu du projet a été expliqué aux participants à l’activité de lancement pour qu’il s’en approprient effectivement, tout comme les organes de régulation et les autorités politico-administratives de la province ont mieux compris le projet et acceptent de contribuer à sa réussite.
A la fin de la journée, une occasion des questions-réponse a été offerte aux participants pour bien scruter le contenu du projet.

Rappelons que pour ce projet, le Rateco est accompagné financièrement par la Direction de Développement et de la Coopération Suisse, DDC pour une durée de 31 mois.

Baudry Aluma/Productions médiatiques

Commentaires