Login

Lost your password?
Don't have an account? Sign Up

Sud-Kivu: mise en garde de la hiérarchie catholique aux Chefs d’établissements sur la perception frauduleuse des frais

Le Cardinal Fridolin AMBONGO vient de mettre à nue ce que la population fustigeait déjà de la part des certains Chefs d’établissements des écoles conventionnées catholiques. Il vient, en effet, de faire une mise au point aux différents Chefs d’établissements qui procèdent à la perception frauduleuse de frais d’étude.

La Coordination diocésaine et urbaine des écoles conventionnées catholiques a adressé une correspondance aux différents Chefs d’établissements qui procèdent à la perception frauduleuse de montant allant de 200 à 250 $ comme frais de fonctionnement des écoles. Dans cette correspondance, ladite Coordination  met en garde ces derniers et dénonce avec la dernière énergie cette pratique.

Selon la Coordination, cette pratique ternit visiblement  l’image des écoles conventionnées catholiques et va à l’encontre des options du Cardinal Fridolin AMBONGO BESUNGU. «J’attire l’attention de ceux qui ont versé dans ces pratiques inacceptables d’arrêter et leur demande de me faire rapport de l’état actuel de cette perception», a déclaré le Coordonnateur Diocésain et Urbain.

Dans cette ligne droite, la Coordination exige aux  coordonnateurs sous-provinciaux de faire un suivi sans complaisance.

Paiement de tous les paliers de nouvelles unités exigé  

Dans la même correspondance, ladite Coordination rappelle une fois de plus le respect de la gratuité de l’enseignement prônée par le Chef de l’Etat et saluée par le Cardinal Fridolin Ambongo, représentant légal des Ecoles Conventionnées Catholiques de Kinshasa. Malgré que son application rencontre quelques difficultés notamment, le paiement de nouvelles unités, engendrant ainsi  la grève dans certains établissements.  D’ailleurs, depuis la rentrée scolaire 2020-2021, le Syndicat National des Ecoles Conventionnées Catholiques (SYNECAT) réclame toujours  la régulation de la paie de Nouvelles Unités «N.U», le paiement des  2ème  et 3ème  paliers, la transportation des grades d’enseignants ainsi que l’élargissement de ces assises à un cadre de dialogue social regroupant des représentants des parents, des confessions religieuses.

Au Sud-Kivu, cette interpellation du Cardinal est foulée aux pieds au vue et au su de ceux qui sont censés aider le Cardinal à faire respecter cette mesure. Les écoles catholiques de la province notamment le Lycée Wima, et autres qui ont commencé à chasser les élèves sous prétexte qu’ils doivent payer des frais qu’ils hésitent à appeler « prime ».

Les parents d’élèves concernés sont dans l’inquiétude profonde de constater que le Président leur a vendu du vent. Comme si cela ne suffisait pas, au sein de ces écoles, l’ancienne pratique prohibée de vente d’uniformes, des cahiers… a repris son cours normal.

Au niveau des humanités, les parents subissent la loi des chefs d’établissements qui fixent la prime unilatéralement, mettant en mal la collaboration qui devrait régner entre les partenaires à l’éducation.

Nous joignons nos cris à celui du Cardinal Fridolin et lui demandons d’insister sur cet aspect car l’église catholique est en train d’être salie, église qui, jadis combattait aux côtés des pauvres.

RATECO S/K

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*