Login

Lost your password?
Don't have an account? Sign Up

Bukavu : les constructeurs anarchiques dans le cimetière de la Ruzizi ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes

Il a suffi de la présence physique du Gouverneur de la province du Sud-Kivu, Théo Ngwabidje Kasi le samedi 28 novembre 2020 au cimetière de la Ruzizi  pour que plusieurs maisons construites anarchiquement sur une partie de ce dit cimetière situé dans le quartier Ndendere en commune d’Ibanda à Bukavu soient démolies sans autres formes de procès.

Certains habitants de Bukavu et des structures de la Société  Civile réclamaient déjà cette action forte du Gouverneur.

Sur son ordre et sous un regard troublé et embarrassé des propriétaires de dites maisons, une machine a rasé quelques-unes, au grand désarroi des propriétaires qui continuent à se plaindre de n’avoir pas été prévenus.

On ne peut pas vouloir une chose et son contraire à la fois, nombre de citoyens ont demandé que le cimetière soit respecté et débarrassé de ces bâtisses de la honte, le Gouverneur de la province a entendu les cris de ses administrés.

Selon l’autorité provinciale qui a contrôlé personnellement cette initiative de démolition et en présence de ses services techniques concernés, les morts doivent être respectés et doivent se reposer en toute quiétude. Et d’ajouter que tous les désobéissants à cet ordre seront punis conformément à la loi et déférer devant la justice.

Théo NGWABIDJE a fait savoir que la ville de Bukavu doit retrouver ses marques d’antan et que tous les sites impropres à la construction sont aussi concernés par cette mesure de démolition.

La suite de l’opération de démolition au cimetière de la Ruzizi est programme au courant de cette semaine.

Si plusieurs personnes se réjouissent de cette opération de démolition des maisons érigées anarchiquement dans cette partie de la ville de Bukavu, d’autres par contre regrettent de voir que certaines constructions ont été épargnées.

Ceci avant de souligner qu’il ne suffit pas seulement de démolir mais aussi et surtout de faire le suivi après la dite opération afin de décourager une fois pour toute les récidivistes.

Mais surtout de poursuivre toutes les personnes qui ont excellées dans la vente des parcelles dans ces sites impropres. Plusieurs personnes et non les moindres sont citées en passant par certains chefs des quartiers, des chefs d’avenues, des officiers supérieurs de l’armée, de hauts magistrats, des bourgmestres, des personnes insoupçonnées autoproclamées « notables de la ville »…

De leur côté, les propriétaires des maisons démolies s’indignent car selon eux le gouvernement provincial est passé à la démolition de leurs édifices sans pour autant les avertir.

Ces derniers regrettent également que l’autorité provinciale ait ordonné l’exécution de cette opération ne songeant pas à l’endroit où ils iront avec leurs familles ainsi qu’aux conditions critiques dans lesquelles  ils vivent en ce moment où il pleut au quotidien sur la province.

Et pourtant, en juillet 2020, Le Ministre provincial des Affaires Foncières au Sud-Kivu, Emmanuel Ndigaya Ngezi avait déjà donné un donner un ultimatum de huit jours à plus de 30 personnes ayant construit des maisons d’habitation dans le cimetière de la Ruzizi en commune d’Ibanda à Bukavu. De passage dans ce cimetière, il avait dressé un constat amer dans ce site.

D’où son invitation à ces constructeurs anarchiques de procéder à la démolition de leurs maisons pour pouvoir sauver certains de leurs matériaux. Plus de cinq mois après, ils ont fait la sourde oreille. Aujourd’hui, face à leur entêtement, ils n’ont d’yeux que pour pleurer.

En rappel, les sites impropres à la construction répertoriés par la division de l’Urbanisme dans la ville sont : le flanc de la Clinique Universitaire Muhanzi ; Site ITFM, côté gauche de la route menant vers ISTM ; Le site ISDR, côté droit de la route Place de l’indépendance  menant vers le Lycée Wima ; Site Kabwa Kasirhe ; Le site du Bassin de l’Athénée d’Ibanda ; Site Ikanga, flanc de la rivière Ruzizi, en face de Cyangugu/Rwanda ; Flanc droit, côté Ruzizi/Gyamba ; Les 10 mètres de rivage du Lac Kivu et de la rivière Ruzizi.

Isaac BASHOMBE et Baudry ALUMA

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*