Login

Lost your password?
Don't have an account? Sign Up

Bukavu : l’association SOS JUSTICE identifie 37 fosses communes et charniers

L’organisation de défense des Droits Humains et de la Promotion de la Justice pour tous, SOS Justice, vient de convier, ce mercredi 29 octobre 2020 dans la salle Aquarius à Labotte  en Commune d’Ibanda et le jeudi 30 octobre 2020 au Stadium Laurent-Désiré KABILA de Buholo IV à Kadutu, la population du Sud-Kivu à une double manifestation.

Il s’agit du deuil collectif  initié  par les survivants des massacres de Bukavu depuis 1998 et de la présentation du rapport alternatif sur les fosses communes dans la ville de Bukavu et ses périphéries.

Si cette organisation a profité du 24ème anniversaire  de ce 29 octobre 2020 depuis la mort de Monseigneur Christophe Munzihirwa pour pleurer les morts de Bukavu; l’occasion était fort belle pour faire rapport d’une trentaine des fosses communes et charniers répertoriés par cette Organisation lors d’une enquête effectuée dans la ville de Bukavu et dans certains territoires de la province qui sont à sa périphérie.

Un historique des massacres commis au Sud Kivu a été présenté.

Egalement  la prévention des massacres dans les pays des Grands-Lacs et quelle stratégie pour les prévenir ont été  abordées. Nombreux écueils se sont posés: Pourquoi les civils sont les cibles des agresseurs, pourquoi le silence sur les massacres  de Bukavu, impuissance ou complicité ?

Pour le Coordonnateur national de cette organisation de défense des droits humains, Jeef KABALA MULAMBA à travers cette célébration, son organisation veut rendre hommage aux congolais morts massacrés arbitrairement. Sos Justice demande aux autorités nationales et à la communauté internationale de mener une campagne de prévention des massacres et les invite à remettre les familles éplorées dans leur droit en leur permettant  de jouir d’une justice réparatrice. Pour Jeef KABALA, cette démarche vise à identifier les personnes qui ont été assassinées et enterrées dans les  charniers et fosses communes lors de différentes guerres qu’a connues la province du Sud-Kivu.

« Il fallait honorer ce jour les gens qui nous ont précédé dans l’au-delà. Il fallait aussi faire un travail de mémoire parce que  si les autres le font dans leurs pays, pourquoi pas dans le nôtre. Et aussi, il fallait briser le silence car dans trente-sept fosses communes et charniers dénombrés, on ne sait pas encore combien des personnes y étaient enterrées. Ça sera difficile pour nous de les compter  maintenant sans qu’il y ait une étude approfondie. On a fait le jalon. Nous espérons que les travaux pourront être faits par d’autres organisations et personnes qui pensent que ce que nous venons de faire est utile ».

Ainsi SOS Justice compte œuvrer pour que les familles des victimes de ces atrocités obtiennent réparation et que les auteurs directs et indirects soient traduits devant les instances judiciaires et qu’ils soient condamnés.

Précisons que le mémorial en ligne où seront répertoriées toutes les victimes des guerres de libération sera mis sur pied très bientôt.

De ces charniers et fosses, on peut  indiquer dans la Commune d’Ibanda celui dit de MUTEC tout près de la Direction Provinciale des Impôts, celui de l’Athénée d’Ibanda, de Labotte à côté du Centre de santé de BDOM, Chez CIKIZA, Muhungu, fosse commune de Kimbangu etc…Dans la commune de Kadutu, un cimetière de fortune d’ELO Nyamugo, fosse commune au port Bisegimana, fosse commune de la Brasserie, de  Bugabo… A Bagira, on a derrière la Maison Communale, la fosse du Marché de Bagira…

Plusieurs invités étaient étonnés d’entendre qu’il y a autant des fosses communes et des charniers à Bukavu et ont apprécié positivement la qualité du travail de SOS Justice.

Le représentant du Gouverneur de la Province, le Ministre de la Justice, Jospin Bitafwana Mukono, a dit  regretter les conséquences des guerres répétées dans le Sud-Kivu. Pour lui la justice qui a toujours était au-dessus de tout fera son travail et que les acteurs directs et indirects seront punis. « Ça prendra le temps que ça prendra, mais elle sera rendue et apaisera nos cœurs meurtris. » va-t-il marteler devant le parterre des invités.

Son vœu est de voir ce projet d’étude se déployer sur toute l’étendue du pays.

Baudry ALUMA

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*